Le marché immobilier face à la crise du COVID-19

September 6, 2020
0 Comments

En ces temps de confinement et de ralentissement économique, il est légitime de se questionner également sur l’attitude du marché immobilier devant une situation de récession. 

Ci-dessous, trois aspects à connaître qui pourront répondre aux questions actuelles :

1 – L’immobilier est un actif décorrélé des marchés boursiers.

Depuis une vingtaine d’années, le marché de l’immobilier à Monaco se développe fortement et affiche une croissance régulière faisant de lui un marché mature et stable. Le marché monégasque est un marché indépendant, les aléas boursiers n’ont donc aucune incidence directe sur sa valeur, ce qui en fait un actif stratégique dans le cadre d’une diversification de portefeuille. Son avantage est double puisqu’en plus de sa décorrélation, il agit en tant que valeur refuge. En conséquence, le marché immobilier monégasque croît lorsque la conjoncture économique est favorable et se maintient indépendamment de celle-ci.

2 – Le marché d’immobilier est résilient.

Si le marché immobilier absorbe sans peine les variations boursières, un marasme économique finit par avoir un impact sur celui-ci comme ce fut le cas en 2008. Cet impact parvient alors avec quelques mois voire une année de décalage. Dans le cadre d’un confinement planétaire, le marché de l’immobilier est directement touché par un retard des ventes et achat. Si le marché subit les répercussions d’une crise, celles-ci ne se traduisent pas par une diminution de la valeur intrinsèque des appartements mais par un ralentissement ainsi qu’un assainissement du marché qui se recentre alors davantage vers les valeurs sûres. 
 
Un atout important du marché immobilier monégasque est qu’il ne repose que très peu sur la dette. Si cet aspect apparait d’abord comme un frein à la croissance d’un marché encore modeste par rapport à son potentiel, cet aspect devient un atout réel en temps de crise puisqu’il offre une résilience rapide. Ainsi lors de la crise de 2008, la répercussion sur le marché arriva en 2009, et 2011 affichait déjà un chiffre d’affaires équivalent voir supérieur à celui d’avant 2009.

3 – Le haut du marché performe mieux que les indices boursiers.

 Le marché immobilier monégasque, dans sa globalité, affiche une croissance supérieure à celle du S&P500. A la manière du S&P 500, les courbes s’envolent et atteignent des taux de croissance incomparables. 
 


En période de difficultés économiques, le marché immobilier monégasque joue le rôle d’un havre de paix. B&C Monaco Properties voit la situation actuelle comme une opportunités pour les investisseurs de sécuriser leurs gains en investissant dans un bien immobilier à Monaco.

Leave a Comment